D'ici et d'ailleurs

MA COMMUNAUTE

encrier et plume-copie-2

Pour s'inscrire, veuillez

Cliquer sur l'image

28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 17:21

PF_1852425-Deux-Soeurs-Posters.jpg

 

 

 

       Sous les nuées sombres de notre mémoire

       Les cœurs déclament sans autre moratoire.

       A des cimes où ne touche plus notre regard

       Ondoient les lignes de tristesse et de brouillard.

 

       Puis aux doutes plus profonds que le silence

       Sans coup férir s’est intronisée l’absence.

       Comment présager malgré nos folles envies,

       Qu’un grand vent soufflerait disséminant nos vies.

 

       Nous avons souvent versé les mêmes larmes

       Quand le destin nous fustigeait de ses armes.

       Il me souvient de... Le Racou, ses enclaves,

       Et quand nous courions enfants sur les emblaves.

 

       Nous avons formé une grande famille !

       Viendra le printemps sous un soleil qui brille.

       Toutes nos pensées iront vers l’ancien foyer

       Puisqu’il est écrit que l’on ne peut oublier.

 

       Comme une fleur fragile il nous faut préserver

       Les souvenirs d’antan que l’on veut conserver.

       N’existent pas de demi liens mais un seul rang !

       Coule dans nos veines, petite sœur, son sang !

 

       Que se dissipent aux tréfonds de ton âme

       Les mornes saisons qui te blessèrent Dame,

       Le passé, les Amours et tous leurs adages

       Car le temps protège nos plus beaux bagages.

 

 

 

Poésie libérée de Jacqueline Peytavi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

stellamaris 14/05/2008 19:18

Encore un très beau poème plein de tendresse. Toute mon amitie

Anne-Marie ta soeur 08/03/2008 16:39

Je félicite tous ces commentaires rédigés sur ce poème écris spécialement pour moi sa petite soeur et voudrais répondre ceci:ma soeur Jyckie est une femme formidable,extraordinaire,merveilleuse je suis fière d'elle,c'est une poète d'un plus haut niveau ,grâce à vous qui comme moi savez reconnaître ses talents d'écrivain,je peux vous assurer à vous tous que nous sommes très proches même si nous habitons éloignées l'une de l'autre,même si les séparations ont été dures à supporter,nous nous aimons et c'est cela le principal.J'adore ma soeur et je l'embrasse très fort.

René Poète 05/03/2008 08:46

je t'ai mis un commentaire il y a quelques jours et je suis étonné de ne pas le voir. Bisous à toi. René

lasidonie 04/03/2008 22:44

Tendresse coule ici, entre les lignes entre les mots, un témoignage très beau, des liens du sang qui se tissent au fil du temps, les souvenirs pleins les mémoires, pleins les armoires du passé

Alice HUGO 04/03/2008 10:51

Que d'affection dans cet émouvant poème !

Les liens de la fratrie résistent à tous les orages de la vie parce que la rémanence est un ciment indestructible...

Je te salue chaleureusement, Alice.