D'ici et d'ailleurs

MA COMMUNAUTE

encrier et plume-copie-2

Pour s'inscrire, veuillez

Cliquer sur l'image

3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 10:34

 

 




Une douce lumière filtre par les persiennes ajourées et la lueur tamisée qu’il s’en dégage éclaire le jardin de ses secrets ambrés. Son cœur en latence puise alors dans les insondables courbes du destin et elle se souvient….

…Elle se souvient de leur premier rendez-vous sublimé par l’attente !  La chaleur jouait avec la moiteur capiteuse de ces lieux emplis de fragrances et les flots, complices, ondoyaient en volutes sous la rencontre tant espérée de leurs amours secrètes. 

Son galant, pour la première fois, la fixait tendrement dans le doux reflet de ses iris d’agate. Sa bouche souriante comme deux pans amincis, découvrait parfois ses dents d’une nacre blancheur et tout en lui n’était que sécurité, quiétude, tranquillité.

Elle admirait, émerveillée, sa chevelure d’ange et ses doigts aimaient à se perdre dans cette douce toison, trésor de Jason. Son rire résonnait dans les ramures de ses expressions et elle aimait sentir ses bras la protéger du monde. Eperdue, elle voguait à la recherche de son nirvana qu'il venait lui offrir l’espace d’un moment. Sa nature généreuse hissait haut la grand-voile qui parcourait les rives incertaines de cette étrange osmose semblant parfois accorder du crédit à ceux qui se perdent par-delà les vrais regards.


Ciel ! Combien aimait-elle quand sa bouche venait épouser la sienne et quand leurs lèvres asséchées par les embruns iodés échangeaient leurs secrets dans un langage rare, qu'eux seuls comprenaient. Ces larmes d’amour qui  brouillaient alors leur vue, les enfermaient dans un voile de brume qui, tel un écrin, abritait leur union.


A présent, les pensées de l'éprise réfléchissent l'importance de ce jour et son esprit s'exile en eaux troubles, loin des houles intimes. Elle y pense parfois, encore et toujours, éprouvant le désir de braver à nouveau la tempête qui fit un jour chavirer son coeur. Seule la nuit, royaume des songes, l'emporte sur la dune de leurs premiers émois, dans les contrées lointaines qui n'ont pas de frontière, où germent les "je t'aime", graines des amants ! 


Repost 0
Jacqueline Peytavi - dans Textes Libres
commenter cet article