D'ici et d'ailleurs

MA COMMUNAUTE

encrier et plume-copie-2

Pour s'inscrire, veuillez

Cliquer sur l'image

18 mai 2007 5 18 /05 /mai /2007 13:32

 

 

       

 

L’éclat de ta beauté sublimait ton visage

Et cascadant, le flot de tes longs cheveux blonds

S’étalaient, dans ta nuit, sur les plis du corsage,

Où palpitait ton cœur, les désirs du tréfonds.   

 

Malgré ton regard bleu aux pupilles éteintes

Tu trouvais, dans le noir, ce que cherchait ta main ;

Les rosiers épineux dissimulaient leurs teintes

Mais leurs subtils parfums en traçaient le chemin.

 

Tu goûtais le soleil, douce chaleur tranquille,

Envahissant ton corps et rosissait ta peau.

Des brebis au lointain quand l’aurore rutile

Tu savais distinguer les cloches du troupeau.

 

Paupières, seriez-vous un réservoir de larmes ?

Ces sillons ravinés, les torrents du chagrin ?
Faut-il donc que l’on prie, ou bien user de charmes ;

Espérer la cornée ? Un don d’un être humain !

 

Tu m’as offert ta vue, ô l’âme bienveillante,   

Dans l’écrin de tes cils, ce trésor merveilleux

Eclaire désormais, ta raison clairvoyante,

Irisant d’un amour l’arc-en-ciel de tes yeux !

 

 

 

 Poème de Candide Agnèse (30 août 1998)

Partager cet article
Repost0