D'ici et d'ailleurs

MA COMMUNAUTE

encrier et plume-copie-2

Pour s'inscrire, veuillez

Cliquer sur l'image

1 juin 2007 5 01 /06 /juin /2007 09:46

 

 

ros-rouge.jpg

 

 


Ô, maman ! 
Que ne t'ai-je dit : Je t'aime !

 


Je voudrais retrouver dans l’océan des âges, 

Les gouttelettes d’eau, que sont mes souvenirs,  

Et revoir plus souvent, sous les pleurs des nuages

S’iriser l’arc-en- ciel dans le bleu des saphirs.

 

Demeure la maison, ses lézardes béantes,

L’appartement lépreux, confiné sous les toits

Où se logeaient, hélas, les âmes indigentes,

Cette classe sans nom qui n’avait d’autres choix.

 

Je te vois à genoux, ma pauvre Bugadière,*

Le savon que ta main ne pouvait contenir !

Tu cherchais dans les flots de la froide rivière

Ce bonheur, qu’un destin ne pouvait retenir.

 

Malgré ces durs travaux qui brisaient ton échine

Je buvais de ton sein imprégné de sueur,

La chaleur de ton lait, cette source divine

Où sourdait tout l’amour qui montait de ton cœur.

 

Mais, avant que ma vie ici-bas ne s’essaime,

Ô, chère maman ! Toi qui me donna le jour,

Toi ! Que je chérissais, sans t’avoir dit je t’aime,

J’implore ton pardon… mais l’écho reste sourd.



Lavandière*
      


                                 Poème de Candide Agnèse                                           
Partager cet article
Repost0