D'ici et d'ailleurs

MA COMMUNAUTE

encrier et plume-copie-2

Pour s'inscrire, veuillez

Cliquer sur l'image

22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 15:59

L'ouverture de ce Diaporama est certes un peu longue mais les mélomanes

y  trouveront  matière à m'en excuser !

 

 

 

 

Mon regard s’est posé un instant sur ce vieux piano. Sur ce vieux piano que j’aime tant. Avec un frisson dans le dos, j’ai appuyé ma main sur le bois et, doucement, tout doucement, je l’ai caressé du bout des doigts.

 

Il m’a semblé à ce moment précis qu’une force irrésistible m’attirait. Une sorte de voix, un appel qui me suppliait, m’implorait. Quelque chose qui venait du ciel, ou bien d’en bas peut-être ! Je ne sais. Cette voix qui disait : Joue, mon amie !

 

Je me suis approchée du clavier et, sans bruit, me suis assise. J’ai effleuré de l’index une touche et, tout à coup, un son étrange semblant s’échapper d’une bouche, de celle d’un enfant, d’un ange, s’envola tel un oisillon ; un son mélodieux, caressant, plus joli que le violon, un son divin, reposant, troublant. Ce n’était plus moi qui jouais. Mes doigts sautaient d’une touche à l’autre et les notes les plus belles s’égrenaient encore plus douces les unes que les autres.

Mes mains couraient sur l’ivoire et jouaient comme si elles savaient, soit sur les blanches, soit sur les noires. Un chant dans les cieux s’éleva. Autour de moi, tout s’animait : les meubles, les cahiers, les livres ; tout vibrait comme si j’étais ivre. Le chant par la fenêtre s’échappait. Les arbres, le ruisseau, les fleurs, toute la nature dansait. C’était comme si elle avait un cœur. Et soudain, soudain, tout s’arrêta, le piano n’était plus là…. Le visage en deuil, je restais là, immobile, seule, surprise, anéantie, livide, les doigts posés sur le vide. Le vieux piano avait-il existé vraiment ou l’avais-je simplement rêvé ?

Oui, il avait bien existé, c’est le hautbois qui me l’a confirmé. Il l’avait ouie dire par Madame Clarinette. Alors, sans tambour ni trompette, il s’en était allé loin, très loin pour faire la fête. Il jouait de toutes ses cordes, de tous ses marteaux dans une symphonie fantastique, telle une cavalcade héroïque avec Beethoven et Mozart et Brahms et SChubert, pour amuser le ciel et faire danser les anges, les chérubins, les archanges.


Pour charmer L’Éternel !




Partager cet article

Repost 0
Jacqueline Peytavi - dans Textes Libres
commenter cet article

commentaires

Marlene.edelweiss 05/12/2009 06:07


Vraiment de magnifiques textes votre blog aussi est plein de sensibilité..
amicalement Marlène


Alice HUGO. 04/12/2009 17:44


J'aime beaucoup la musique enfantine qui s'égrène au fil de tes mots. C'est léger, et fort à la fois par l'émotion que tu fais passer dans ton écriture si vraie, si sincère.
Et le PPS rajoute encore à cet intense moment de plaisir.
Merci, chère Jyckie. Et des gammes de baisers pour toi.


didier rené 29/11/2009 20:44


bonsoir Jyckie
voilà j'ai suivi une étoile de très forte clarté qui m'a mené jusqu'à toi
non je ne t'ai pas oublié mais pour tout avouer je suis impressionné par ton écriture et j'ai beaucoup de mal à te laisser des commentaire sensés
je trouve que tu écris magnifiquement bien je me laisse bercer ce soir par le son de tes instruments
certains grands écrivains n'ont des fois pas écrit de choses aussi belles et surtout très réfléchies
c'est sincère ce que je t'écris
moi perso je n'ai pas été à l'école du moins très peu alors j'écris comme cela arrive dans ma tête et heureusement pour moi j'ai des filles qui m'aident (ponctuation et correction des fautes)
voila mon amie je passe de temps en temps et peut-être ai je tord de ne pas te laisser de commentaire
et crois moi je vais trouver cette lumière qui mène jusqu'à toi bien plus souvent gros bisous et belle soirée


lyly 29/11/2009 20:31


Bonsoir Jacqueline

Que c'est joli ! Le diaporama qui nous met dans l'ambiance de ton magnifique texte ! BRAVO pour ce délicieux moment passé chez toi
Bisous, Lyly


Flo-Avril 29/11/2009 18:44


J'ai du rêver, il me semblait avoir déjà déposé un commentaire ici
Amitiés, Flo