D'ici et d'ailleurs

MA COMMUNAUTE

encrier et plume-copie-2

Pour s'inscrire, veuillez

Cliquer sur l'image

1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 09:32



… Un sourire, délicate saveur dont je me délecte dans ce moment d’anonymat. Il existe l'ordre de l'instant à savourer tant il est agréable, un besoin de légèreté qui s'exprime par un simple échange. Des élans qui voient s’envoler le poids des mots, des émotions qui suspendent le temps.

 

 Le passé et l'avenir sont cernés sur les visages. Moins réels dans les esprits, certes, mais dont il en résulte une grande conscience de l’instant présent. Saisir le temps de l'autre, prendre le soin de se regarder, de partager le même espace. Le partage n'est pas un vain mot et prend tout son sens lorsque de cette foule je puise le regard.

 

Regard qui accueille en quête de ce que la bouche tait, de tout ce que le " oui, ça va !" ne transmet pas. Je suis surprise que l'on puisse se renvoyer un état d'esprit émotionnel que l’on croyait pouvoir dissimuler. Une sensibilité de l'ordre d'un instinct très aiguisé. Noyée dans cette foule je découvre le vrai sens du mot rencontre ; me voici troublée !

 

Rarement foule n’a été plus gracieuse à mes yeux, représentant le monde pour en suivre l’ondulation harmonieuse. De têtes hautes en corps dorés, le regard caresse la grâce de l’ensemble. Couleurs de terre ou de soleil jusqu’à atteindre l’irréel, message de solidarité sous une multitude de mains enlacées, symbole d’une hypothétique entente qui brisera les chaînes. Qu’elles soient closes ou brisées, celle-ci sont toujours encadrées par la réalité. Au loin, des silhouettes évanescentes se dissipent en une chorégraphie toute en légèreté, aspect soudé de l’humanité.


Mon cœur n'écoute pas le langage mais reçoit le message d’un regard qui en dit long. J'observe et j'invente des histoires. Derrière, les visages sont fermés. Les regards s'évitent, lointains,  absents, se voilent sans vraiment se voir. Regards vides presque incolores. Ne rien laisser paraître, se couper du monde pour mieux se protéger. La protection ultime de soi :devenir transparent en éteignant son regard.


Je regarde, je rencontre ! Quand les mots hésitent, les yeux déclarent et le silence s’en pare.
Regards d'amour, éclair ensorcelant ! Pensée secrète transmise dans l’absolu de ce lien invisible et magique ou désir voilé en toute confidence.


Regards timides aux paupières sitôt baissées,

Regards critiques injustement dosés.

Regards d'enfant, lumière mystérieuse
Troublante, sans détour.
Regards qui conversent :
 Sublime moment.
Envie de solitude,
Ne pas être seule vraiment.
Et combien d’autres encore…
Je garderai de ces regards, la chaleur,
Etincelle d'humanité
Brillant dans les yeux d’une foule
Plus humaine qu’il n’y paraît.

Partager cet article

Repost 0
Jacqueline Peytavi - dans Textes Libres
commenter cet article

commentaires

Catherine 14/08/2011 03:56



Bonjour!
Je trouve absolument délicieuse la lecture de ces quelques lignes, et je tenais simplement à le dire. Ce texte est franchement venu me chercher, et j'aime beaucoup ta plume. Bonne continuation!



Loran 25/11/2010 09:48



Mon cœur écoute le langage, observe les regards mais il perçoit plus finement les vibrations intimes et se joue des distances... Bisous Jyckie



domi 07/03/2010 12:00


Passe un bon dimanche bisous neigneux a +


zibulinette 07/03/2010 11:12


Ce texte est très beau, j'aime ta perception sur ce bain de foule " mon coeur n'écoute pas le langage mais reçoit le message d'un regard" ....dans la foule je me sens souvent isolée et c'est vrai
je recherche un regard.

Bon dimanche avec les bisous de zibulinette


jean-marie 02/03/2010 12:17


Bonjour, ma bien chère Tite Jyckie
quel magnifique article !
la poésie dans la foule
comme c'est bien étudié
et si bien dit !
gros bisous, ma Petite Catalane
bien à toi
ton j'm m