D'ici et d'ailleurs

MA COMMUNAUTE

encrier et plume-copie-2

Pour s'inscrire, veuillez

Cliquer sur l'image

14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 06:28





Il s’éprend parfois d’une âme en transit, se l’accapare et, sans lui en laisser le temps, s’installe. Il brûle la vie comme une chandelle et tend son arc jusqu’aux infinies certitudes de nos cœurs.
Puis à son tour parfois se lasse et cherche un autre regard où se noyer à nouveau. Il lui faut laisser vivre son indécence jusqu’à perdre de sa superbe, s’éteindre doucement pour rallumer le feu de son aura puissante, tel le phénix gracieux dans les yeux subjugués d’une nouvelle conquête.
Voilier infatigable porté par les vents favorables, il se joue de nos transes évanescentes et, ultime profanateur, il cherche à aller jusqu’au bout de ses ailleurs, nous laissant parfois en chemin, face à nos peurs et nos larmes. Sublimé jusque dans sa quintessence, il est plein et altier, sans concession, absolu et fragile comme nos âmes éperdues.
Il joue à faire de l’équilibre sur le fil de nos jours, nous avilit parfois, nous enchaîne, nous inféodant et, tout à la poursuite de son graal, ignore son délicat passage en nos cœurs et le désespoir des abandonnés.
Magnifique et plénier, il poursuit ses étoiles toutes empreintes de chimères, illuminant de nos larmes amères et iodées, son chamboulant passage dans le précaire équilibre de nos vies.
Mais, au-delà de son infidèle dévoiement, il reste un puits incandescent qui fait vibrer nos âmes transies, les plongeant dans les affres délicieux d’un torrent de lave dévastateur, dont on subit les assauts impérieux sur nos cœurs fragiles et sans défense.

Alors qui peut juger de ce que l’amour nous oblige à faire ?

A-t-on seulement le pouvoir de lui résister de par notre condition d’êtres perpétuellement en attente de ces flammes rassurantes, auxquelles on s’abandonne sans retenue, priant dès leur apparition, qu’elles n’en finissent jamais !
Merveilleux amour après lequel nous courrons toujours et qui nous rend parfois si malheureux.
L’humain est fragile, il se fait dominer par ses émotions, lui qui croit détenir l’univers dans sa main puissante et armée.
Peut-on vraiment s’opposer aux mille subterfuges de l’amour ? Celui-même qui laisse planer son ombre diaphane jusqu’aux lointains contreforts de nos pensées intimes ? L’amour est notre Maître, il nous guide au creux de ses arcanes insondables.


…Et si aujourd’hui tu as mal, abandonnée, seule et bafouée par cet amour volage, il t’a cependant donné les plus beaux instants de ta vie passée, s’accordant un répit de trop courte durée dans les flammes de ton cœur. Lumières attisées par les étreintes sublimes de deux êtres en osmose, qui suivent, malhabiles et fragiles, les contreforts de l’étrange territoire de la fusion des âmes.
Mais, au-delà de tes larmes, il reste un merveilleux espoir, inextinguible et précieux, qui laisse toujours un morceau de sourire dans le recoin de tes yeux.
Sublime et merveilleux amour, que ne puis-tu l’emprisonner dans tes chairs intimes ?
Etrange aphorisme ! Que n’as-tu la faculté de nous placer face à nous-mêmes, quand, dans un excès d'illusions, nous essayons encore de chevaucher de faux espoirs, tout aveuglés par notre ego, qui cherche toujours et encore à tout ordonnancer.
Alors, les yeux rougis, tu restes avec tes souvenirs et tu caresses le merveilleux espoir de le retrouver un jour et de chevaucher les ailleurs sublimés des diamants de son suprême trésor.  Ne pleure plus, ma grande, un jour Cupidon reviendra, un jour, à nouveau, tu aimeras !

Partager cet article

Repost 0
Jacqueline Peytavi - dans Textes Libres
commenter cet article

commentaires