D'ici et d'ailleurs

MA COMMUNAUTE

encrier et plume-copie-2

Pour s'inscrire, veuillez

Cliquer sur l'image

7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 08:02





On s'emploie avec raison à sauver toutes sortes d'espèces d'oiseaux, d'insectes, d'arbres, de plantes, de grosses et petites créatures bien vivantes ménacées de disparition. Des mots, eux aussi, pour d'autres raisons que la chasse, la pollution et l'argent, meurent. Pétrifiés dans des dictionnaires obsolètes recensés par des lexicologues historiens, ils ne subsistent que dans les oeuvres littéraires où, intrigué mais paresseux, le lecteur les saute ou les ignore parfois.

Rares sont les personnes émues par la disparition des mots...Ils sont pourtant plus proches de nous que n'importe quel coléoptère. Ils sont dans notre tête, sous nos yeux, sur notre langue, dans nos livres, dans notre mémoire.

Dieu sait combien les initiatives ne manquent pas, ni les bras, ni l'argent, pour conserver le patrimoine mais, alors que les mots en font tout autant partie que les pierres, les tissus, la porcelaine, l'or et l'argent, ils n'intéressent plus grand monde...L'écologie des mots est balbutiante. Ah ! menacés, s'ils avaient des ailes et une queue ! Comme l'on s'apitoierait sur leur sort ! Les mots ont pourtant des ailes, des yeux, des becs, des pattes, des queues, des muscles, du souffle et... un coeur ! Tous possèdent une histoire, un sexe, une âme, une identité mais le public ne le perçoit pas forcément et l'ignore trop souvent.

Alors ! Quelle importance
que quelques mots d'une langue vivante comme le français s'évanouissent dans la nature ! A ceci près qu'il soit ennuyeux et regrettable qu'une langue s'appauvrisse, qu'elle perde du goût, des couleurs, du sens et de l'exactitude. Ces disparitions ne menacent pas son existence ni sa santé. Mais qui l'aime, qui la caresse, qui en apprécie les bizarreries comme les beautés, l'ordinaire comme la rareté, se désole d'en voir disparaître des brides, des éclats, des fragments et, au fil des années, des pans. Il existe des centaines de mots en péril...Ne serait-ce que par amour, ils ne méritent pas notre indifférence. Si nous le voulons, ils seront encore utiles, sauvons-les, sauvons notre belle langue française.


Cet article rend hommage au talent de Bernard Pivot de L'Académie Goncourt pour ses oeuvres publiées chez Albin Michel.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

monique 04/11/2013 23:35


un bel hommage à Bernard Pivot, homme bourré de culture et de savoir, il est passionnant et passionné. Oui je suis comme vous amoureuse des mots et je trouve déplorable que des mots disparaissent
et que d'autres soient intégrés dans nos dictionnaire qui sont plutôt laids et n'ont aucune élégance. J'aime notre belle langue française pour son raffinement, je dois être d'une autre époque, de
cette époque où l'on prenait du plaisir à écrire, à former de belles lettres, s'appliquer sur les consonnes et voyelles. Comme chaque année, les mots admis dans le dictionnaires font l'actualité
mais ce sont des mots que l'on a pas envie de retenir car si certains sonnent bien à l'oreille, d'autres en revanche sont moins agréables à lire et à entendre. Je n'ai même plus envie d'acheter
de dictionnaire car pour moi cet ouvrage représentait "la bible" des beaux mots et chaque année je touvre qu'il est dévalorisé. Il faut évoluer avec son temps, mais je n'aime pas ce temps là.
Merci pour ce bel article. Très belle soirée à vous. Bien cordialement



adamante 31/10/2013 15:58


Je pensais ce matin, en vaquant à mes occupations, que c'était par l'écriture que l'homme avait affirmé sa différence. L'écriture qui porte les idées, la réflexion, qui garde la mémoire et qui
témoigne, pour le français, d'une richesse inouie. Quel merveilleux voyage que de lire le dictionnaire.

Marie-Rose 04/07/2012 10:29


Bonjour,


Le prix littéraire Confidentielles existe depuis 5 ans maintenant.
Le jury est composé de 10 membres du site pour le prix du thriller français et de 10 bloggeuses pour le prix du roman français.
Ces prix récompensent des livres parus entre mai 2011 et mai 2012.
Si vous souhaitez faire partie de ce jury, nous vous communiquerons dans les semaines à venir la sélection.
Les livres vous seront ensuite envoyés par courrier et nous vous demanderons de nous donner votre classement fin septembre.



Marie-Rose

pyrausta 08/03/2012 16:17


Que je suis d'accord avec toi!! L'ordinateur et le téléphone font beaucoup de mal à notre belle langue!Il faut simplifier au maximum si on veut être dans le coup..Résultat :tout
s'appauvrit. 


J'ai été extrêmement vigilante pour ma fille qui n'a eu le droit d'aller sur MSN qu'à condition d'écrire correctement à un âge où les automatismes n'étaient pas encore acquis.Les SMS,
itou.Maintenant, elle sait écrire pratiquement sans faute.


je découvre ton très beau blog.Je m'inscris à ta newsletter pour te suivre.


A bientôt

Lucie 02/02/2012 14:40


Comme c'est vrai! 


Il n'y a qu'a aller sur Facebook ou autre twitter pour se rendre compte que la langue française n'est plus française. C'est devenu une sorte de soupe ou l'on mêle sans vraiment savoir si le navet
va avec la courge. 


L'orthographe est malmenée, et je fais partie de ces malmeneurs d'orthographe, mais j'aime les mots et leurs diversités. Quand je lis un livre et que je tombe sur un mot que je ne connais pas, je
cherche sa signification. Quand j'écris, j'ai toujours un dictionnaire des synonymes sous la mains, pour varier. Ne jamais mettre en dix lignes deux mots pareils. 


Je désèspère en troisième année de fac de voir des gens ne pas comprendre la moitier des mots que contient un cour. Dès que ça dépasse le cadre "quotidien" et les quatres syllabes, c'est la
panique. J'ai peur pour nos enfants et de ce qu'ils leur restera de la langue française.