D'ici et d'ailleurs

MA COMMUNAUTE

encrier et plume-copie-2

Pour s'inscrire, veuillez

Cliquer sur l'image

23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 09:57



            Compagne de ma vie as-tu donc remarqué
          Que dans cet escalier une marche est plus haute ?
          Etrange phénomène, encore inexpliqué !
          Faut-il, à nos vieux jours, en imputer la faute ?

 

          Le doute, quelquefois, vient troubler ma raison...
          Viendrais-tu parmi nous, Ô vieillesse chagrine !
          Entrainer notre hymen vers la froide saison
          Qui fige en diamant la source cristalline ?

 

          Nos soleils ont brillé défiant les frimas ;
          Je revois dans tes yeux ce doux printemps limpide,
          Les baisers d'une abeille aux lèvres des lilas,
          L'envol du papillon quittant sa crysalide.

 

          Les fleurs ont répandu leur magique parfum
          Eveillant le tableau de la verte nature,
          Le blé futur espère au moment opportun
          Balancer, sous le ciel, sa blonde chevelure.

 

          Venant comme en écho de nos chants d'autrefois,
          Ce feu couvant en nous, malgré les jours, résiste,
          Guide par les sentiers, les ruisseaux, les sous-bois,
          Nos vieux pas imprécis où le rêve subsiste.

 

          Après ce long vécu, faut-il rester amers
          Si la fraîche rosée est changée en nuage
          Qui déverse au lointain, vers les fleuves des mers,
          Les éternelles eaux d'un bonheur sans partage.



  Poème de Candide Agnèse

Partager cet article

Repost 0
Jacqueline Peytavi - dans Candide Agnèse
commenter cet article

commentaires