D'ici et d'ailleurs

MA COMMUNAUTE

encrier et plume-copie-2

Pour s'inscrire, veuillez

Cliquer sur l'image

5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 13:01
 

       

        

                    Elle sourd dans les cœurs et se glisse sans bruit…           

                    Le glaive sans retard, subtilement s’enfonce !                       

                    Entre l’or et le sang, l’avenir ne renonce                          

                    Ancrant le fil ténu d’un rêve qui s’enfuit.                         

 

                    Les mornes liaisons enfantent la douleur,                        

                    L’amertume glacée au sein d’une avalanche,                  

                    Fantasmes répandus sur notre page blanche                    

                    Nimbés de sépia, Ô chagrine couleur !                            

 

                    Les sentiers caillouteux tourmentent le destin,                       

                    Les mots souventefois distillent la souffrance,            

                    Et le bonheur se perd dans la désespérance                     

                    Apposé de son seing par le beau galantin.                       

 

                    Il demeure un espoir à ne pas occulter,                           

                    Ce diapré lointain au-delà d’un naufrage.                     

                    Les amants esseulés recouvrent le courage                     

                    De fendre les brouillards pour enfin exulter.                  

 

                    Sur les volcans éteints s’érigent des émaux                    

                    Où s’habillent nos doigts aux reflets d'aquarelle,     

                    Ce bel éclat d’amour, sans fin se renouvelle              

                    Dispersant, indécis, la tristesse des maux.                      

 
                                       

 Poème de Jacqueline Peytavi

    
                              

Partager cet article

Repost 0

commentaires

michelgonnet 03/06/2008 15:01

Chaque relecture réserve de nouveaux "éclats". J'aime.
Pour la photographie, le coeur est bon juge (sourire) mais si la Raison à besoin de se sentir "rassurée" (rires) c'est du couchant qu'il s'agit.
Belle journée.

michelgonnet 31/05/2008 08:06

Ah que j'aime ce texte. Merci.
Bonne et belle journée.

stellamaris 27/05/2008 21:34

J'aime énormément ce poème. Bravo !

J'aurais toutefois deux ou trois remarques de forme à te faire par rapport aux règles de la poésie classique, puisque tu l'as publié dans "sonnets et beaux vers". Les préfères-tu ici ou par mail ?

Toute mon amitié

Michel 19/05/2008 10:18

Bonjour Jyckie

Si seulement toutes les maladies pouvaient être aussi agréables ! Ton poème est délicieux.

Bisous Amitiés

Michel

jean-Marc 17/05/2008 23:48

Je viens te saluer Jyckie , j'espère que tout va bien pour toi.
Je t'embrasse et te dis à très bientôt