D'ici et d'ailleurs

MA COMMUNAUTE

encrier et plume-copie-2

Pour s'inscrire, veuillez

Cliquer sur l'image

1 juin 2007 5 01 /06 /juin /2007 09:46

 

 

ros-rouge.jpg

 

 


Ô, maman ! 
Que ne t'ai-je dit : Je t'aime !

 


Je voudrais retrouver dans l’océan des âges, 

Les gouttelettes d’eau, que sont mes souvenirs,  

Et revoir plus souvent, sous les pleurs des nuages

S’iriser l’arc-en- ciel dans le bleu des saphirs.

 

Demeure la maison, ses lézardes béantes,

L’appartement lépreux, confiné sous les toits

Où se logeaient, hélas, les âmes indigentes,

Cette classe sans nom qui n’avait d’autres choix.

 

Je te vois à genoux, ma pauvre Bugadière,*

Le savon que ta main ne pouvait contenir !

Tu cherchais dans les flots de la froide rivière

Ce bonheur, qu’un destin ne pouvait retenir.

 

Malgré ces durs travaux qui brisaient ton échine

Je buvais de ton sein imprégné de sueur,

La chaleur de ton lait, cette source divine

Où sourdait tout l’amour qui montait de ton cœur.

 

Mais, avant que ma vie ici-bas ne s’essaime,

Ô, chère maman ! Toi qui me donna le jour,

Toi ! Que je chérissais, sans t’avoir dit je t’aime,

J’implore ton pardon… mais l’écho reste sourd.



Lavandière*
      


                                 Poème de Candide Agnèse                                           

Partager cet article

Repost 0

commentaires

isabelle 04/06/2007 11:13

j'aimerai tant qu'elle les entende ces "je t'aime", que je hurle parfois vers l'audélà...

jyckie 04/06/2007 11:37

Je suis certaine qu'elle les entend. Ravie de ton retour, je t'embrasse très fort,   Jyckie.

Katara 04/06/2007 10:32

J'arrive de chez les mamies et je découvre ton blog que je trouve magnifique, bravo
bon lundi
respects
katara

jyckie 04/06/2007 11:38

Bonjour et merci Katara ! Je vais venir découvrir ton petit monde. Amicalement,   Jyckie.

Alice HUGO 02/06/2007 11:41

Un frisson : ce sera mon appréciation de ce merveilleux poème.
Un frisson de beauté, un frisson d'amour maternel, un frisson de nostalgie...
Et la lumineuse certitude qu'il ne faut jamais compter ses " je t'aime " .
Merci pour ce frisson, Alice.

jyckie 02/06/2007 12:02

Merci pour Candide. Nous sommes parfois avare de "je t'aime" et pourtant.... Amitiés,   Jyckie.

cafeïne 01/06/2007 22:50

ça me fait penser que mon fils m'a donné son cadeau fait à l'école.. à ouvrir dimanche.. j'ai lu les qq mots "plein d'étoiles dans le ciel, pleins de fleurs dans les prés mais une seule maman dans mon coeur".. tu vas pas me croire mais j'avais les larmes aux yeux !
bizou

jyckie 02/06/2007 12:11

Je comprends ton émotion Cafeï, c'est celle d'une maman ! Gros bisous,  Jyckie.

jean-marie 01/06/2007 19:26

bonsoir, ma Jyckie...
Merci, ce beau poème sait toucher notre âme... que de tendres souvenirs mais aussi le regret de ne pas avoir toujours répondu à l'amour d'une mère comme il aurait fallu... le remords même et c'est sans recours...
bisous ma petite Catalane
j'm

jyckie 01/06/2007 20:06

Oui mon J.M, c'est sans recours ; mais en réfléchissant bien, même par cette douleur encore présente, tu rends hommage à ce qu'elle a fait de toi : un être humain avec ce que cela comporte de sentiments et d'émotions ; elle doit être fière de savoir qu'elle a réussi son rôle de mère dans le coeur de son enfant. Grosses bises, à bientôt.  T'Jyckie.