D'ici et d'ailleurs

MA COMMUNAUTE

encrier et plume-copie-2

Pour s'inscrire, veuillez

Cliquer sur l'image

Poèmes classiques

 

Le-clouwn2.jpg

 

 

Tu fardes ton regard, ta bouche de lumières

Et ton bel apparat dissimule les mains,

Honorant chaque enfant et leurs beaux lendemains

 Tel un noble sergent, les ors en boutonnières.

S’éloignent les brouillards, frontières esquissées,

Vers les ilots lointains, les ailleurs sublimés 

Où la vague adoucit le sort des opprimés,

Entre deux univers à l’ombre des risées.

 

Ta belle âme se perd dans un faux labyrinthe

Lorsque s'éteint la piste où brillait ton parcours,

Loin des bravos, en pleurs,  tu déclines tes jours

Et masques ta déveine en sombrant dans l’absinthe.

 

Sublime quintessence aux épines mortelles,

Etrange rose noire au parfum enivrant 

Qui borde les espoirs d’un halo rassurant

Tel un jour mensonger sur les ombres rebelles.

 

Adorable et beau clown, tu baignes dans l’enfance

En songeant au destin couronné des puissants,

A leur mièvre équilibre aux aveux florissants,

 Splendides et pléniers mais nimbés d’arrogance…

 

Sais-tu,  mon tendre ami ? Je ressens ta tristesse !

Etonnante rupture où se mêlent nos pas

Quand se rêvent les Rois qui ne s’épousent pas

Et je verse ce soir, l’encre de ta détresse. 

 

copyright logo

Poème de Jacqueline Peytavi

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés